SPFPL et SEL, les enjeux pour les pharmaciens d’officine

  • SPFPL et SEL, les enjeux pour les pharmaciens d’officine

    Le secteur pharmaceutique connait de nombreuses mutations depuis quelques années. Quels sont les choses importantes à retenir ? Que nous apportent ces nouvelles sociétés ? Avant de commencer, quelques définitions SEL : Société d’Exercice Libérale. Celle-ci ne peut exploiter qu’un seul fond d’officine et un pharmacien associé à plusieurs SEL ne peut exercer que dans une seule société. SPFPL : Société de Participation Financière de Profession Libérale

    Du décret du 11 décembre 2001 (loi Murcef) à aujourd’hui

    Le 11 décembre 2001, la loi MURCEF a mis en avant un nouveau type de société pour les professions libérales : les SPFPL. Il faudra attendre plus de 10 ans le décret fixant les conditions d’applications liées aux pharmaciens d’officine. « Art. 5-1. – Par dérogation au premier alinéa de l’article 5, plus de la moitié du capital social des sociétés d’exercice libéral peut aussi être détenue par des personnes physiques ou morales exerçant la profession constituant l’objet social ou par des sociétés de participations financières de professions libérales régies par le titre IV de la présente loi. » Il a fallu faire face à une forte volonté d’indépendance d’une majeure partie des pharmaciens d’officine. Le décret ne donne accès à la création d’une SPFPL qu’aux :

    • Pharmaciens titulaires
    • Pharmaciens adjoints exerçant dans officine fille
    • SEL de pharmaciens

    De plus, une personne physique (pharmacien adjoint, ou titulaire) détenant des titres dans une SPFPL peut les conserver pendant 10 ans à compter de la fin de son activité professionnelle. En cas de décès d’un des associés, les ayants-droits conserveront son titre pendant 5 ans. IMPORTANT : la détention de part ou d’action d’une SPFPL est interdite aux autres professions de santé. La SPFPL de pharmaciens d’officine pourra détenir des participations dans une ou plusieurs SEL de pharmacies (maximum 3)

    Les changements pour les pharmaciens d’officine

    Les objectifs attendus par la loi :

    1. La possibilité de déduction fiscale des intérêts d’emprunt nécessaire à l’achat de parts de S.E.L. soumises à l’I.S
    2. Le développement de réseau de professionnels
    3. L’ouverture du capital pour faciliter l’installation des jeunes professionnels

    Les SEL ont connu un développement important ces dernières années, le décret de 2013 permet de faciliter et d’optimiser la transmission de celles-ci, via la création de SPFPL. C’est donc une véritable transformation qu’il est important de comprendre pour mieux l’appréhender. Le Cabinet Conseil Riberry est intervenu à ce sujet lors d’une soirée spéciale, en compagnie du Cabinet CODEX Expertise Comptable et de la Société PHARMAGEST.

  • Pour une transation pharmaceutique réussie : bien choisir son officine – Le potentiel

    Il est bien évident que trouver une officine de pharmacie à acheter qui regroupe TOUTES les qualités (pharmacie de grande superficie, parking, commerces, passages importants, chiffre d’affaires conséquent, concurrence peu importante, nombreux prescripteurs, prix de vente raisonnable…) n’est pas chose facile. C’est peu dire !!

    Il faut hiérarchiser ses priorités, tant personnelles que professionnelles.

    A la question quel est le potentiel de l’officine de pharmacie à acheter ? La réponse est : beaucoup en soi-même.

    L’esprit entrepreneurial, la détermination, la volonté de travailler dur sont au moins autant décisifs que l’apport et bien sûr que la qualité de l’officine de pharmacie rachetée. Chaque cas est particulier. Il convient d’identifier les secteurs à développer. Un exemple :

    Dans une pharmacie de plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’acheteur a ciblé le rayon petite enfance qui était selon lui sous-exploité. Il a pris les décisions suivantes :

    – Doublement des linéaires dans l’officine.

    – Enrichissement des gammes.

    – Mise en place d’un espace de jeux enfants.

    – Politique de prix concertée avec un produit d’appel : le lait pour bébés.

    Cet exemple concret résume ce que peut être un potentiel de développement d’une officine de pharmacie.

  • Pour une transaction pharmaceutique réussie : bien choisir son officine – l’apport

    L’apport personnel est une des tous premiers paramètres lorsque l’on se lance dans la recherche d’une officine à acquérir. Depuis quelques années déjà le ratio entre l’apport personnel et le prix d’achat d’une pharmacie est en constante hausse. A de rares exceptions près, une acquisition sereine ne se fera pas en deçà de 20% d’apport.

    Dans le cas d’une pharmacie très rentable, il est possible de constater qu’un apport plus faible permet de rembourser l’emprunt et de faire face à toutes les autres charges. Néanmoins, ce seuil de 20% sera demandé par la plupart des établissements financiers, quelle que soit la rentabilité du dossier. En effet, l’économie des pharmacies étant devenue moins florissante qu’auparavant, cette nécessité d’engager plus de fonds propres dès le départ est une manière de sécuriser le dossier.

    Il est également évident que ce besoin de 20% d’apport s’entend pour un prix « de marché ». Une officine dont le prix de vente serait au-dessus du prix de marché moyen nécessitera un apport d’autant plus important.